• Art et création pour changer le regard sur la maladie d'Alzheimer

     

     

     

    Malestroit - Modifié le 02/10/2014 à 04:00 | Publié le 30/09/2014 à 05:05

     

    • Mathieu Rollo (Matao) conteur, Anne Durand art thérapeute, Ina Moldovéanau, psychologue et Alice Chérel neuropsychologue ; les quatre intervenants sur la maladie d'Alzheimer à la clinique des Augustines. Mathieu Rollo (Matao) conteur, Anne Durand art thérapeute, Ina Moldovéanau, psychologue et Alice Chérel neuropsychologue ; les quatre intervenants sur la maladie d'Alzheimer à la clinique des Augustines. | 

     

    Pour la 5e année consécutive, l'hôpital jour gériatrique de la clinique des Augustines, a proposé, jeudi 25 septembre une conférence sur la maladie d'Alzheimer.

     

    L'Art et la création dans la maladie étaient le thème retenu pour cette rencontre tout public, au centre de formation Saint-Michel. « Le but est d'informer le malade et ses proches, de ce qui se pratique de différent, pour changer le regard sur cette maladie handicapante. Il y a des solutions thérapeutiques médicamenteuses, mais pas seulement l'art-thérapie, le conte donnent des résultats et ont tendance à se développer de plus en plus », note Anne Durand, art thérapeute.

     

    Ce n'est pas Mathieu Rollo, dit Matao, le conteur en établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) qui dira le contraire « Les effets du conte sur les unités spécifiques Alzheimer ont une portée significative, une valeur symbolique, sur la mémoire résiduelle. Ils peuvent frapper l'inconscient », confie le conteur, qui lors de ses séances voit le corps de ses auditeurs se détendre, où la parole, le vocabulaire resurgir. « Toutes ces thérapies sont non curatives, mais permettent de ralentir les effets. Nous faisons de la prévention car certains facteurs ont une incidence », s'accordent à dire les intervenants.